…une liberté qui n’est pas la mienne…

 

Ainsi, être vu me constitue comme un être sans défense, pour une liberté qui n’est pas ma liberté. C’est en ce sens que nous pouvons nous considérer comme des « esclaves » en tant que nous apparaissons à autrui. Je suis esclave dans la mesure où je suis dépendant dans mon être au sein d’une liberté qui n’est pas la mienne et qui est la condition même de mon être. 
En tant que je suis objet de valeurs qui viennent me qualifier sans que je puisse agir sur cette qualification, ni même la connaître, je suis en esclavage…
Du même coup, en tant que je suis l’instrument de possibilités qui ne sont pas mes possibilités, dont je ne fais qu’entrevoir la pure présence par delà mon être, et qui nient ma transcendance pour me constituer un moyen vers des fins que j’ignore, je suis en danger. Et ce danger n’est pas un accident mais la structure permanente de mon être pour autrui.


Huis-clos, Jean-Paul Sartre



….

Publicités
Cet article a été publié dans sartre. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s