…pas d’oubli qu’on ne puisse combler…

 

Comme il n’est pas de trahison qu’on ne pardonne, il n’est pas de faute dont on ne puisse se faire absoudre, pas d’oubli qu’on ne puisse combler (…). Plus un esprit est délicat, plus il découvre de beautés originales, plus une âme est tendre et ouverte à la divine espérance; plus elle trouve dans autrui, quelque souillé qu’il soit, de motifs d’amour.
                                                                                                                                                                                                                                                              
La Fanfarlo, Charles Baudelaire

..

Publicités
Cet article a été publié dans baudelaire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s