…la bestialité dans ses vices…

surtout ne vous mentez pas à vous-même. Celui qui se ment à soi-même et écoute son propre mensonge va jusqu’à ne plus distinguer la vérité ni en soi ni autour de soi; il perd donc le respect de soi et des autres. Ne respectant personne, il cesse d’aimer, et pour s’occuper et se distraire, en l’absence d’amour, il s’adonne aux passions et aux grossières jouissances; il va jusqu’à dans la bestialité dans ses vices, et tout cela provient du mensonge continuel à soi-même  et aux autres. Celui qui se ment à soi-même peut-être le premier à s’offenser. On éprouve parfois du plaisir à s’offenser, n’est-ce pas? Un individu sait que personne ne l’a offensé, mais qu’il s’est lui-même forgé une offense, noircissant à plaisir le tableau, qu’il s’est attaché à un mot et a fait d’un monticule une montagne – il le sait, pourtant, il est le premier à s’offenser, jusqu’à en éprouver une grande satisfaction; par la même il parvient à la véritable haine…


Fiodor Dostoïevski, Les frères Karamazov

Publicités
Cet article a été publié dans dostoïevski. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s