…je fais semblant, Léo…

°°°

°°°°

Brassens : La femme c’est un être charmant quand elle s’en donne la peine, et pénible, sans s’en donner la peine;

°°°

°°

°

Brassens : L’amour est une chose difficile… D’ailleurs, vous le voyez bien, ça ne réussit pas tellement à la plupart des gens.

Brel : Mais il y a très peu de gens qui sont faits pour l’amour, très peu…

Brassens : Bien sûr. La plupart des gens, si on ne leur en avait pas parlé, ils n’y auraient même pas pensé !

Brel : C’est une invention de la littérature de la Renaissance, enfin…

°°°

°°

Brassens :  C’est difficile à expliquer, l’anarchie… Les anarchistes eux-mêmes ont du mal à l’expliquer. (…) C’est d’ailleurs ce qui est exaltant dans l’anarchie : c’est qu’il n’y a pas de véritable dogme. C’est une morale, une façon de concevoir la vie, je crois…

Brel :  …Et qui accorde une priorité à l’individu !

Ferré: C’est une morale du refus. Car s’il n’y avait pas eu au long des millénaires quelques énergumènes pour dire non à certains moments, nous serions encore dans les arbres !

Brel :  Je suis entièrement d’accord avec ce que dit Léo. Cela dit, il y a des gens qui ne se sentent pas seuls ni inadaptés et qui trouvent leur salut collectivement.

Brassens :  Bien sûr. En ce qui me concerne, je ne désapprouve jamais rien, les gens font à peu près ce qu’ils veulent. Je suis d’accord ou je ne suis pas d’accord, c’est tout. Parce que j’avais dit ça, on m’a souvent reproché de ne pas vouloir refaire la société. C’est que je ne m’en sens pas capable. Si j’avais des solutions collectives…

Brel :  Mais qui, qui a la solution collective ?

Brassens : Il y en a qui prétendent l’avoir. Mais dans le monde actuel, il n’y en a pas beaucoup qui semblent la détenir… Moi, je ne sais pas ce qu’il faut faire. Si je le savais, si j’étais persuadé qu’en tournant à droite ou à gauche, en faisant ceci ou cela, le monde allait changer, je la sacrifierais ma petite tranquillité ! Mais je n’y crois pas tellement…

– Léo Ferré ?

Ferré: Moi je suis moins lyrique que lui…

Brassens :  …Toi, Léo, tu es complètement désespéré !

Brel :  Il y a un phénomène d’impuissance aussi, qui est absolument affreux, quoi…

– Vous avez donc vraiment l’impression de ne rien pouvoir faire ?

Brassens :  Non, je fais quelque chose auprès de mes voisins, de mes amis, dans mes petites limites. Je pense d’ailleurs que c’est aussi valable que si je militais quelque part… Ne pas crier haro sur le baudet, c’est une forme d’engagement comme une autre.

Ferré: Je trouve que Georges, dans son cœur, il milite bien plus que moi. Parce que moi, je ne crois plus en bien des choses auxquelles il veut croire.

Brassens :  Je fais semblant, Léo. Je fais comme lorsque l’amour s’en va. Je fais semblant d’y croire, et ça le fait durer un petit peu…

Ferré: Non, non. Quand l’amour s’en va, il est déjà parti depuis longtemps.

°°

Brassens, Brel, Ferré ou l’interview,  Café de la gare,

mis en scène par Aurore Ly,

25 janvier 2010

Publicités
Cet article a été publié dans ...THEATRE..., brassens, brel, ferré. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s