…la vitesse de ma descente…

ainsi, pareille à une eau qui se soumet à la force de la gravité, laissant le relief ambiant et les gens qui se trouvaient sur mon chemin ou près de moi déterminer plus ou moins mon trajet ou la vitesse de ma descente, je suis arrivée au Ghana. Sur la carte mentale que j’avais de l’Afrique, c’était un endroit qui se situait dans une région étiquetée comme « inexplorée ». Quand on lâche son mode d’existence comme je venais de le faire, des choses imprévues se produisent, et le cours de votre vie se transforme vite en un enchevêtrement de zigzags. C’est sans doute ainsi qu’on aboutit à ce qu’on appelle une « vie intéressante ». Mon bref séjour au Ghana avec Zack n’a rien été d’autre: un zigzag par-ci, un autre par-là, l’ébauche d’une vie intéressante.

Russel Banks, American darling

Publicités
Cet article a été publié dans banks. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour …la vitesse de ma descente…

  1. Pr Billaudov dit :

    Magnifique ! le « sans doute ainsi qu’on aboutit à ce qu’on appelle une vie intéressante » et le « zigzag de l’ébauche » : c’est beau, et c’est touchant !

  2. ouplala dit :

    merci!
    je vais mettre d’autres extraits, c’est le bouquin dont je te parlais sur Taylor et le Liberia, bien vénère, qu’il faut que je te passe à l’occas!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s