…Richard II…

Pour mon premier spectacle du Berliner ensemble, un Shakespeare ne pouvait pas mieux tomber.

un graphisme en perspective et en noir et blanc //

// Des hommes de pouvoir mais Richard II est beaucoup plus perdu (qu’un autre Richard III) face à la bataille de ceux qui le soutiennent (en blanc), contre ceux qui préféreraient le remplacer (en noir). /

/ D’une scène virginale, la déchéance de Richard II accompagne la décadence du décor, aidée par des jardiniers partisans d’Hamlet qui recouvrent la scène de terre pour que d’autres, plus déglingués, puissent l’utiliser. On est en plein Shakespeare (= en plein pouvoir //?/).


// / Une pièce et un texte magnifique, un décor prenant. Une troupe qui semble, encore, ne faire qu’une. Au-delà de la force de Michael Martens

(c)  Georg Soulek/Burgtheater.

et du côté décalé de sa femme, qui n’arrête plus de s’évanouir. //



Richard II, de Shakespeare,

Mise en scène par Claus Peymann,

Berliner ensemble

Théâtre de la ville, 11 avril 2010.

Publicités
Cet article a été publié dans ...THEATRE..., berliner ensemble, shakespeare. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s