…the nutcracker…

the nutcracker est bien cheesy tonight // avec un effet complètement relaxant sur moi // alors qu’en face c’est surement le travail, la transpiration, l’effort de la danse classique qui me marquent toujours / et si cela m’impressionne // je pourrais accepter le moule-bite de monsieur et le tutu plat de madame // mais ici, tous les clichés du so classic me sautent aux yeux / le machisme des propos / la déférence et l’autorité, la hiérarchie au sein du ballet / le caractère ultra-genré m’a d’abord vachement gênée // puis / plus du tout /  quand j’ai compris la force des corps masculins // quand un des danseurs lance un piqué /// the nutcracker n’est peut-être pas le bon choix contre le rose / l’overdose de paillettes // de tulle / mais alors là / quand on a un ours en peluche on peut bien passer sur la question de l’intérêt des robes de bourgeoise à multiple jupons / des costumes larges / des capes / alors qu’on veut voir des corps dansés / bref, c’est seulement lorsque les costumes se font oublier (le top pour moi, chez Millepied – le pire après ça chez Cunningham, en tenue de ski de fond, dont je n’avais même pas parlé)  / que je vois vraiment danser // un autre aspect / me laisse de marbre // peut-être que les troupes d’enfants-soldatsde l’opéra permettent d’achever the nutcracker comme représentant du disney-noël de l’année / et quand des enfants trop jeunes dansent // ça me fait toujours penser au spectacle de fin d’année // désolée, mais l’art de danser demande tellement de créativité / maîtrise du corps dansé pour donner bien plus / la créativité des adultes me parait pourtant trancher avec la rigueur d’un tel ballet / ce n’est donc pas quand la danse est plus rigoureuse qu’elle n’est pas d’abord interprétée / passons aussi sur les reindeers sous la neige qui avancent à petit pas feutrés mais sont pourtant précédés de leurs petites clochettes merveilleuses//

//et enfin, seulement au dernier tableau / ‘waltz of the flowers’ / les costumes se font oublier // c’est comme le bouquet / et c’est beau, fin et précieux / l’orchestre qui ne couvre pas le bruit des pointes sur le plancher/

the nutcracker / Boston Ballet

Music, Peter Ilyich Tchaikovsky / Choregraphy, Mikko Nissinen

The Opera House / Boston / December 15, 2010

Publicités
Cet article a été publié dans ...DANSE..., ...MUSIQUE.... Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s