…nulle part où aller sinon partout…

Bien que Gene fût blanc, il y avait quelque chose qui l’apparentait fort à Elmer Hassel, le drogué de New York, mais un Hassel chemineau, un Hassel qui aurait fait des randonnées épiques, traversant le pays en tout sens chaque année, vivant dans le sud en hiver et dans le nord en été, et seulement parce qu’il ne pouvait demeurer nulle part sans être bientôt dégouté et qu’il n’avait nulle part où aller sinon partout; qui continuait à rouler sous les étoiles, de préférence les étoiles de l’Ouest.

 

Jack Kerouac, Sur la route

Publicités
Cet article a été publié dans kerouac. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s