…du bleu immense où rodaient des timidités…

Les seins de la môme pointaient droit, et ne le devaient qu’à eux-mêmes; ses flancs charmants promettaient des délices; ses cheveux étaient longs et d’un noir satiné; et ses yeux, c’était du bleu immense où rodaient des timidités. J’aurais voulu prendre la même voiture qu’elle. Une douleur me transperça le cœur, comme à chaque fois que je voyais une fille que j’aimais s’engager dans la direction opposée à la mienne sur cette planète trop vaste.

Jack Kerouac, Sur la route

Publicités
Cet article a été publié dans kerouac. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s