…le bonheur fou…

 » C’est ce qui s’est passé: dans l’adversité, il y avait, étrangement, un bonheur fou, et quand il n’y avait pas d’obstacle, nous étions affreusement malheureux.

– Oui, on peut le croire », dis-je, et je pensais: Le bonheur fou. Oui. Je me souviens du bonheur fou. Ça se paie très cher.

Philip Roth, Exit le fantôme

Publicités
Cet article a été publié dans roth. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s