…impressing the czar…

(c) Johan Persson

Impressing the Czar est composé de quatre parties / diverses et variées dirait le gentil / inégales, le critique qui se la raconte // la première partie, Potemkins Unterschrift, est un délire qui mêle esthétique baroque et chevaliers de château à un plateau en échiquier fortement incliné à l’italienne / la seconde, In the Middle, Somewhat Elevated, plus sobre et intime mais dont l’originalité ne m’a pas marquée / la troisième, après un entracte inutile, commence à m’agacer, comme chaque fois que ça ne danse pas / …heureusement la quatrième, la Maison de Mezzo-Prezzo, m’enchante et vaut à elle seule le détour / les trente-cinq danseurs du ballet de Flandres au complet sur scène et complètement synchronisés / danseurs et danseuses tous vêtus du même uniforme de collégienne japonaise, jupes plissées noires, mocassins, chemises blanches et la même coupe au carré / les tableaux se succèdent, danses traditionnelles, entrainements de gymnastique, macarena / j’adore quand la danse se danse à beaucoup, l’énergie du regroupement de tous ces danseurs sur scène / de loin, on a parfois du mal à distinguer les hommes et les femmes et je me prends bien sûr au jeu / le rideau tombe sur ce dernier tableau énergisant (qui ne donne vraiment rien en vidéo, et vous devrez donc vous en passer) /.

William Forsythe / Impressing the Czar /

/ théâtre national de chaillot / 7 décembre 2011

Publicités
Cet article a été publié dans ...DANSE..., forsythe. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s