…une envie de tuer sur le bout de la langue…

je n’ai pas résisté à l’idée de retourner voir cette jolie pièce qui parait légère et qui ne l’est pas / j’avoue un faible pour la force et la justesse des comédiens / la façon dont cette pièce me touche / cette histoire d’amour passionnelle / la solitude de chacun et le besoin des autres / le temps passé avec sa bande, à glander sur un banc, et c’est ça qui est bon / l’énergie et la souffrance, directes, du texte, des comédiens et de la mise en scène /.

Et ne résiste pas non plus à l’idée de reproduire les photos de ces belles gueules de comédiens, et les mots qui m’étaient restés la première fois que j’avais vu cette pièce il y a un an.

Une envie de tuer sur le bout de la langue, de Xavier Durringer

Mise en scène Andréa Brusque

Avec Dalia Bonnet, Capucine Lespinas, Simon Fraud, Justin Blanckaert, Omar Salih, Jeremie Meiler

théâtre de ménilmontant / Paris. 8 décembre 2011

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


(c) photos: Lucie Sassiat

Le parking d’une boîte de nuit où l’on passe sa soirée même si l’on sait pourtant que l’on ne pourra pas rentrer // La vie qui s’y passe plus qu’à l’intérieur // La preuve, c’est dehors que Lucie veut l’amour / Dans une voiture que Rou, lui, le fait//  Il y a Poupon l’innocent et c’est donc lui qu’on abandonne // Vic qui a le courage de partir / La sagesse, la distance bienveillante // Rose qui donne la douceur et qui rassure // Lucie qui quitte / Le mari qui ne comprend pas / ce n’est pas étonnant / Rou, le violent, l’écorché, l’énergie // un texte qui percute / des comédiens qui / dans la retenue / donnent // Justin qui m’épate et me salue mais il n’ y a que moi qui le voit / Omar qui, profond, me touche / Simon, qui change si vite et me rappelle la brèche/ ce fil qui nous tient tous, mais qui nous tient à peine / les autres aussi, justes // Durringer qui montre ce qu’un petit sujet peut faire de grand / une pièce sociale et terriblement humaine / tous, qui, encore, me donnent envie / de jouer/ me battre / d’aimer / aider / comprendre et communiquer/ Paris, 6 janvier 2011./
Publicités
Cet article a été publié dans ...THEATRE..., durringer. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour …une envie de tuer sur le bout de la langue…

  1. anece dit :

    mon commentaire ne sert à rien, mais c’est l’un des plus beaux blogs de la sphère!!!

  2. ouplala dit :

    Ooohh tu exagères et moi, je suis con, je suis flattée !!

  3. Jean Caune dit :

    La Czar du commentaire de spectacle de danse, c’est bien ouplala. Mémoire précise ; formule efficace, générosité du regard. Bravo.

  4. ouplala dit :

    dit par le maestro du commentaire de Benjamin, ce cher Walter, je suis encore plus flattée!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s