…oncle vania…

(c) vincent pontet

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

« faute de vraie vie, on vit de mirages. C’est toujours mieux que rien. »

°°°°°°

« un homme de talent en Russie ne peut pas être tiré à quatre épingles ».

°°°°°°

« je n’ai été qu’un personnage épisodique. À proprement parler, Sonia, quand on y pense, je suis profondément malheureux. »

°°°°°°

« mais que faire?

– il faut vivre. »

Oncle Vania, Tchekhov

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Je crois que je n’avais jamais vu Oncle Vania et c’est une chance de le voir jouer par Gilles Privat / Françon offre une très belle mise en scène servie par les lumières basses et les décors réalistes mais très personnels de cette maison où la quiètude et les habitudes de Vania et de sa nièce Sonia, entourés par la nounou et la grand-mère, sont troublées par l’arrivé du veuf de la sœur de Vania et de sa femme (vous suivez?), dont Vania tombe amoureux / la mise en scène sobre de Françon est parfois un peu convenue mais c’est un bel exercice, finalement assez doux même si la pièce et les personnages sont bercés de désillusions, ne veulent pas vieillir et abusent de la vodka / on se pose la question du sens de la vie, comment la rendre meilleure, comment rendre les hommes meilleurs, que penseront ceux qui nous suivront dans deux ou trois cents ans ? / Vania-Privat est magnifique, déprimé mais pas ennuyeux, il a l’audace et la liberté de penser /.

Oncle Vania d’Anton Tchekhov

mise en scène / Alain Françon
lumière / Joël Hourbeigt; scénographie / Jacques Gabel

avec / Éric Caruso, Catherine Ferran, Jean-Pierre Gos, Guillaume Lévêque, André Marcon, Laurence Montandon, Gilles Privat, Barbara Tobola, Marie Vialle

/ théâtre des amandiers / nanterre / 11 avril 2012

Publicités
Cet article, publié dans ...THEATRE..., tchekhov, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour …oncle vania…

  1. sweetlonelyjane dit :

    comme toi

  2. Ping : …Benedetti et l ’urgence de Tchekhov… | …après le bruit…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s