…Dieu agonisait ici aussi…

« Quelques décennies plus tôt, un illustre philosophe allemand avait annoncé la mort de Dieu, mais la nouvelle n’était pas encore parvenue jusqu’à ces montagnes reculées d’Antioquia. Avec un retard de plus d’un demi-siècle, Dieu agonisait ici aussi, ou bien quelques jeunes se révoltaient contre lui et essayaient de démontrer pas des scandales que le Tout-Puissant se fichait comme d’une guigne de ce qui se passait dans cette vallée de larmes, car les foudres de sa colère ne châtiaient pas les réprouvés, pas plus que les faveurs de sa grâce ne pleuvaient toujours sur les bons ».

Héctor Abad / L’oubli que nous serons

(c)?

Publicités
Cet article, publié dans Abad, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s